Deprecated: Array and string offset access syntax with curly braces is deprecated in /home/fahrend/www/stiftung-fahrende.ch/admin/app/core/inputtype/textarea/textarea.php on line 352

Deprecated: Array and string offset access syntax with curly braces is deprecated in /home/fahrend/www/stiftung-fahrende.ch/admin/library/Fuman/Navigation/Item.php on line 864

Deprecated: Array and string offset access syntax with curly braces is deprecated in /home/fahrend/www/stiftung-fahrende.ch/admin/library/Fuman/Util/Web.php on line 499
En conflit avec des gens du voyage - Stiftung Zukunft für Schweizer Fahrende

En conflit avec des gens du voyage

29. Marzo 2022

La commune d’Estavayer ne veut pas des gens du voyage occupant depuis samedi la zone Plein Sud.

CHARLES GRANDJEAN

«Ils ont cassé les cadenas, enfoncé les barrières. Pour nous, ce genre d’attitude est intolérable.» Eric Chassot ne mâchait pas ses mots hier. Le syndic d’Estavayer a pour le moins peu goûté l’intrusion, samedi, de 35 caravanes de gens du voyage sur la place Plein Sud, dont le périmètre de quelque 5 hectares est habituellement délimité d’une barrière.

«Il y a déprédation et violation de propriété. Nous avons déposé une plainte samedi. Nous leur avons demandé de partir. Ils devaient normalement le faire aujourd’hui (hier, ndlr)», poursuit-il. Eric Chassot y voit un «préjudice lourd», car la commune met cette place de 5 hectares à disposition de plusieurs locataires, notamment pour de l’entreposage sécurisé de matériel.

«Des locataires étaient censés venir aujourd’hui (hier, ndlr). Ils n’étaient pas là.» Il évoque aussi une entreprise privée qui comptait sur le lieu comme parking pour une prochaine manifestation. Auprès des gens du voyage, on en appelle à la tolérance. «Ce qu'on demande à la commune, c'est qu'ils nous tolèrent un moment.

Nous avons eu un décès ce matin (hier, ndlr)», explique le représentant du groupe de Roms qui a refusé de décliner son identité. Inimaginable pour eux, dans ces circonstances de reprendre la route. Leur représentant reconnalt-il l'entrée par effraction sur le site? «On sait que quelqu'un a effectivement cassé le cadenas, mais on ne sait pas qui. Mais on s’en fiche du cadenas. S’il faut le payer, on le paie.

Ce n’est pas un problème», esquive l’homme. Quant à l’usage du lieu par des locataires? «On veut très bien se rassembler et se mettre sur le côté pour laisser le maximum de place possible.» Outre le problème de ne plus pouvoir garantir la sécurité du lieu aux locataires, le syndic pointe l'absence de commodités: «Cette zone n’est pas équipée. Il n’y a ni eau, ni électricité, ni infrastructure pour les déchets.» Un non-problème selon les gens du voyage.

«On est d’accord de mettre des containers et des toitoi (toilettes mobiles, ndlr) à notre charge», répond leur représentant. Et de renchérir: «On est même d’accord de payer une caution et de payer la place selon un prix à définir.» Rien n’y fait. Malgré la visite de la police dans l'après-midi, les deux parties campaient hier soir sur leurs positions. »