Aires de séjour et de transit

Aire de transit: L'aire de transit sert de lieu de séjour de courte durée – allant jusqu'à un mois – pendant les déplacements des mois d'été. Elle doit être équipée de l’infrastructure nécessaire aux besoins quotidiens. Contrairement aux campings qui servent au repos des touristes, les aires de transit permettent aux gens du voyage d’exercer une activité lucrative en plus de servir de lieu de vie.

Aire de séjour: Elle sert de lieu de séjour stationnaire, surtout pendant les mois d’hiver. Les Yéniches, Sintés et Roms louent une place, en général à l'année, et y vivent dans des constructions simples (p. ex. chalets en bois), des mobile homes ou des caravanes. Dans les communes où se trouvent les aires de séjour, les familles sont inscrites toute l’année et les enfants vont à l’école.

Aire de transit pour les gens du voyage étrangers: Il s'agit d'une aire de grande superficie (35 à 80 places de stationnement) pour les gens du voyage étrangers, c'est-à-dire pour les convois de gens du voyage qui passent par la Suisse. Comme le séjour est généralement de courte durée, une aire fixe offrant raccord d’eau et container de déchets suffit comme infrastructure.

Halte spontanée: La halte spontanée décrit l’arrêt d’un groupe de gens du voyage pour une durée allant jusqu’à un mois (en général) sur un terrain privé. C’est la forme originelle et traditionnelle du mode de vie des gens du voyage. Elle ne nécessite pas d’infrastructure permanente. Elle se fait souvent sur un terrain agricole dont le propriétaire reçoit une compensation pour le dérangement occasionné tels que les frais d’électricité, l’élimination des déchets, etc.

Le rapport 2015 indique le nombre d'aires d'accueil existantes ainsi que leur situation géographique.